Retour

Un rassemblement pour commémorer le pensionnat de Pointe-Bleue

Plus de 300 Innus et Atikamekw ayant fréquenté le pensionnat de Pointe-Bleue entre 1960 et 1991 se sont rassemblés à Mashteuiatsh pour tourner la page sur cet épisode de leur vie et célébrer leur culture. Un monument commémoratif a été dévoilé.

Les anciens pensionnaires ont pu revisiter les lieux, qui accueillent aujourd’hui les élèves de l’école Kassinu Mamu, à l’abri des caméras.

Contrairement à plusieurs Autochtones qui sont passés au pensionnat de Pointe-Bleue, Chantal Niquay garde de bons souvenirs de l’établissement. L’Atikamekw n’a pas vécu les années sombres où le pensionnat était administré par des catholiques, comme ce fut le cas pour son père. Elle a commencé à fréquenter le pensionnat à 13 ans, alors que son père avait 7 ans quand il est parti de Manawan.

Édouard Germain, qui s’est enfui du pensionnat, ne veut pas prendre part aux activités de commémoration. Il aurait préféré que l’établissement soit détruit.

« On a comme un écran devant nous, on ne veut pas le voir. On ne le voit pas. On est dans une bulle pour qu’il n’y ait rien qui nous atteigne, donc on oublie, mais il reste que l’histoire est là », affirme l’ex-pensionnaire.

Un visiteur de Saguenay, Jocelyn Girard, tenait pour sa part à connaître l’histoire du pensionnat. « Il y a une paix à faire avec l’histoire, croit-il. Ça commence d’abord par faire la vérité. Commençons par aller les découvrir, les rencontrer, les connaître. »

La coordonnatrice du Comité de commémoration du pensionnat de Pointe-Bleue, Julie Girard, rappelle que pour effacer toute trace de leurs origines, les Autochtones venus à Mashteuiatsh ont été arrachés à leur famille, subissant sévices physiques et psychologiques.

« Oui, il y a des choses dramatiques qui se sont passées dans les murs de l’école, mais, nous, le message qu’on veut porter, c’est qu’avant, c’était un lieu où la culture des Premières Nations était enlevée et aujourd’hui, c’est un lieu où on l’enseigne. C’est vraiment ça qu’on veut partager », précise Mme Girard.

Le pensionnat de Pointe-Bleue est la dernière école résidentielle à être commémorée au Québec.

D'après les informations de Mélissa Paradis

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine