Retour

Un regroupement d’omnipraticiens critique le système de santé québécois

Un groupe de médecins du Saguenay-Lac-Saint-Jean prétend que le système de santé québécois est en retard sur son temps.

Le Regroupement des omnipraticiens pour une médecine engagée (ROME), qui compte environ 600 médecins de famille à travers le Québec, estime que la loi 10 cause beaucoup de torts au milieu de la santé.

Le but, c'est de ne pas avoir une vision pour les trois prochaines années, jusqu’aux prochaines élections. C’est d’avoir un plan quinquennal pour les 20 prochaines années.

Jean-Philippe Blondeau, porte-parole régional, Regroupement des omnipraticiens pour une médecine engagée

Le porte-parole régional, Jean-Philippe Blondeau, croit par exemple que les maladies chroniques devraient être mieux contrôlées pour engendrer moins de coûts en termes de médications et de soins.

« C’est comme ça que le Québec sera gagnant en bout de ligne, mentionne-t-il. Ce n’est pas de mettre plus d’argent dans les poches des médecins, ce n’est pas du tout ça. »

Selon la Fédération des omnipraticiens du Québec, il manquerait 460 médecins dans la province. Le président régional, Olivier Gagnon, préfère se montrer rassurant.

Il y a eu des ajouts, mais il en manque encore. Cette année, je peux vous dire qu'il y a une vingtaine de médecins de famille qui vont arriver.

Olivier Gagnon, président régional, Fédération des omnipraticiens du Québec

Critique du Parti québécoisPour sa part, la porte-parole du Parti québécois en matière de santé, Diane Lamarre, estime que le guichet d'accès à un médecin de famille connaît beaucoup de ratés.

« On ne va pas aller chercher en priorité les gens qui sont dans le guichet, explique-t-elle. On va plutôt faire du bouche-à-oreille pour trouver d'autres patients, souvent plus jeunes, des patients souvent moins malades. » Elle est d’avis que les mesures de coercition du ministre Barrette créent cet effet négatif.

D'après le reportage de Mélissa Savoie-Soulières.

Plus d'articles