Retour

Un Saguenéen transforme son garage en musée pour les croisiéristes

Au son d'un gramophone de 1900, Roméo Boivin ouvre, depuis quatre ans, les portes de son garage de l'arrondissement de La Baie pour permettre aux visiteurs de faire un voyage dans le temps.

Un photoreportage de Catherine Paradis

Derrière ses deux voitures d'époque, il accueille des croisiéristes de l'Australie grâce à l'anglais qu'il a appris en lisant des revues de collectionneurs automobiles des États-Unis.

Il y a plus de 2000 objets antiques dans le garage de Roméo Boivin. Des plaques d'immatriculation, aux pièces d'équipement automobile, aux fers à repasser et aux pintes de lait en vitre.

« Quand il vient des jeunes de ma région, ils sont tout émerveillés. Je leur donne un bouchon de lait, je leur montre une pinte, je leur explique, ils ont les yeux grands. Ils vivent quelque chose! », ricane fièrement le collectionneur.

M. Boivin collectionne les antiquités depuis qu'il a 12 ans. À 76 ans et trois quarts, comme il se plait à dire, il prend plaisir à exposer ses trésors à toutes les fois que des croisiéristes accostent à quelques rues de sa maison d'enfance, où il habite encore.

« Je salue le fait qu'il partage ses objets personnels, car trop de gens gardent leurs trésors cachés », confie Robert Arnold, un visiteur de l'Australie.

Sur une table à l'entrée de son garage, Roméo Boivin n'accepte que les contributions volontaires.

Dans une de ses bibliothèques, il a caché une note sur la valeur de sa collection :

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine