Retour

Une chaîne de trombones pour appuyer les victimes de violence sexuelle

Les Centres d'aide et de lutte contre les agressions à caractère sexuel (CALACS) invitent les citoyens à accrocher une courte chaîne de trombones à leurs vêtements pour symboliser leur appui aux victimes.

Un texte de Vicky Boutin

Ce mouvement de solidarité lancé mercredi par le regroupement se poursuivra sur plusieurs mois.

« L’objectif c’est de démontrer aux victimes que nous sommes solidaires avec ce qu’elles vivent parce que le mouvement #moiaussi a permis à plusieurs personnes de prendre la parole, de dévoiler ce qu’elles ont vécu. Il y a également plusieurs victimes qui sont restées dans l’ombre et qui ont eu des conséquences de ce mouvement », a expliqué l’intervenante sociale Christine Audet, en entrevue à l’émission Y’a des matins.

Une déclaration de solidarité se trouve également sur le site web du Regroupement québécois des CALACS. L’organisme invite les travailleurs et les patrons à l’afficher sur leur lieu de travail. Avec cette déclaration, les citoyens doivent s’engager à croire les victimes et à exprimer leur désaccord lorsqu’ils entendent des propos qui banalisent la violence sexuelle.

Depuis la vague de dénonciations, les CALACS ont noté, depuis deux semaines, une augmentation de 467 % des demandes d’aide et de 800 % des demandes de sensibilisation auprès de leurs partenaires.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine