Retour

Une fillette gravement blessée dans le spa d'un hôtel de Québec

Une fillette de cinq ans est toujours hospitalisée après avoir été blessée grièvement dans le spa de l'hôtel Ambassadeur de Québec, vendredi soir. L'enfant a dû être opérée d'urgence après avoir eu les fesses aspirées dans le système de filtration du bain à remous de l'hôtel du boulevard Sainte-Anne, dans le secteur de Beauport.

« Elle était assise comme sur une petite tablette en rentrant dans le spa, comme une marche. En arrière, il y a une bouche d'évacuation. Ça faisait deux minutes qu'on était dans l'eau, puis là elle s'est mise à crier, elle nous tendait les bras, elle criait au meurtre », raconte la mère de la petite Mélody, Audrey Lapointe, toujours bouleversée par les événements.

La fillette avait les fesses coincées dans le trou. « Mon mari a essayé de l'extirper, de la tirer avec ses bras, pis là on a compris qu'elle était vraiment prise dure. J'ai mis mes mains de chaque côté de ses fesses pour essayer de briser la succion et on a réussi à l'extirper. »

Lorsque les ambulanciers ont retiré le maillot de l'enfant, la mère affirme qu'on pouvait voir les intestins de sa fille. « Je ne m'attendais pas à voir une affaire de même. C'est impensable. Elle était en train de perdre conscience, elle avait tellement mal. Elle aurait pu nous mourir dans les bras », raconte la mère de Saguenay, qui était en visite à Québec.

La fillette a été opérée dans l'heure suivant son arrivée à l'urgence du Centre mère-enfant de Québec. Près de trois jours plus tard, son état est stable, mais l'enfant est très souffrante. « Elle est gardée sous calmant. Elle ne nous parle pas, elle est fâchée, elle est traumatisée vraiment. »

L'enfant devrait être hospitalisée encore trois semaines, selon la mère.

Pas d'assistance

Audrey Lapointe déplore la réaction du personnel hôtelier. Juste après l'incident, elle a couru demander de l'aide à la réception. L'employée aurait refusé d'appeler les ambulanciers. Se disant sauveteuse, elle est allée voir la fillette.

« Elle m'a dit : "Madame, elle a eu peur, votre enfant. Allez vous reposer, allez la coucher dans votre cambre, puis ça va se passer" », relate la mère de Mélody, irritée. Les parents ont donc dû se rendre à leur chambre pour joindre le 911.

La mère déplore par ailleurs que la direction de l'hôtel n'ait pas tenté d'entrer en contact avec elle et son conjoint depuis l'accident. « Dire au moins qu'on ne sait pas ce qui s'est passé, mais qu'on va investiguer. On veut comprendre. Non, pantoute, motus et bouche cousue. »

« Je ne peux pas parler de conformité [des installations] parce que je ne connais pas les normes, mais peut-on savoir ce qui s'est passé? Et c'est quoi l'idée de refuser assistance en cas d'urgence », questionne Andrey Lapointe. 

Des experts que nous avons consultés conseillent de toujours laisser le niveau de l'eau à la moitié de l'écumoire pour éviter l'effet de succion. Les photos prises par la famille de Mélody montrent que le niveau aurait été trop élevé.

Pour l'instant, l'état de santé de Mélody est la seule préoccupation de ses parents, mais ils n'excluent pas la possibilité d'intenter un recours judiciaire contre l'hôtel.

La direction de l'hôtel réagit

La police de Québec a ouvert une enquête, mais pour l'instant, la thèse de l'accident est privilégiée. « On entend collaborer pleinement avec les enquêteurs », soutient le porte-parole engagé par l'hôtel pour gérer le dossier, Félix Tremblay.

« Les gens sont totalement bouleversés. On espère que la petite fillette ne subira aucune séquelle de cet incident », affirme-t-il.

Le spa de l'hôtel Ambassadeur est fermé depuis l'incident et des experts ont été embauchés pour analyser les installations. « S'il y a des choses qui ont besoin d'être changées, on va les changer », fait-il savoir.

La direction ne croit pas qu'une grille permettant de boucher le trou d'aspiration est requise. Elle pense toutefois que la famille n'aurait pas suivi certaines règles.

« On a des éléments d'informations qui nous laissent croire qu'il y a peut-être des consignes par rapport au spa qui n'ont pas été suivies », dit M. Tremblay.

Le règlement indique notamment que les enfants de cinq ans ne sont pas admis dans le bain à remous.

En ce qui a trait à la réaction de l'employée au moment de l'incident, la direction affirme avoir « des versions contradictoires ». Le témoignage de la mère correspond « plus ou moins » à celui des employés rencontrés.

« On comprend que dans le feu de l'action, il y a peut-être eu un manque de compréhension de part et d'autre. Il y a peut-être des choses qui ont été mal interprétées. »

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un homme sauve un faucon d'une attaque de serpent





Rabais de la semaine