Jean-Marc Vachon a reçu un cadeau inestimable en octobre 2014 : le décès d'une femme de 61 ans lui a permis de renaître grâce au don de l'un de ses reins.

Après des années de dialyse, M. Vachon a droit à une nouvelle vie. Les médecins lui ont diagnostiqué une insuffisance rénale en 2000. Immédiatement, il a dû se soumettre à un régime alimentaire très strict. Quelques années plus tard, en 2011, ça ne suffisait plus : ses reins fonctionnaient à moins de 10 % de leur capacité.

La greffe de rein est rapidement devenue nécessaire. Son fils, Patrice Vachon, explique que la santé de son père diminuait à vue d'œil.

Malgré tout, Jean-Marc Vachon a continué de travailler. Il était d'ailleurs en rencontre d'affaires à Montréal lorsqu'il a reçu l'appel tant espéré de sa néphrologue pour lui apprendre qu'il allait recevoir un rein.

Il s'est rendu à Québec pour subir son opération. Les résultats ne se sont pas fait attendre. Son fils affirme qu'il a rajeuni de dix ans en quelques heures seulement.

Semaine du don d'organes et de tissus

Au Québec, plus de 850 personnes sont sur la liste d'attente de Transplant Québec. Les donneurs, eux, sont nettement moins nombreux: ils étaient 172 l'an dernier.

En cette Semaine nationale du don d'organes et de tissus, la famille Vachon incite les gens à signer l'endos de leur carte d'assurance maladie pour donner une seconde chance à une personne malade lors d'un décès.

L'infirmière-ressource en don d'organes, Nadia Gagnon, rappelle que le processus se fait dans le respect.

Un an et demi après sa greffe de rein, Jean-Marc Vachon a une reconnaissance sans borne envers la famille de celle qui lui a donné un second souffle. Aujourd'hui, il mord dans la vie à pleines dents, fait des projets et aspire à vivre très longtemps.

« Le seul mauvais côté à ma greffe, c'est que mon fils est pris encore pour 41 ans avec moi, donc il m'a jusqu'à 101 ans! » lance-t-il.

D'après le reportage de Mireille Chayer

Plus d'articles

Commentaires