Retour

Une victime de l’abbé Paul-André Harvey ébranlée par le film Spotlight 

Le long-métrage qui a reçu l'Oscar du meilleur film, Spotlight, a secoué plusieurs victimes du prêtre Paul-André Harvey. L'une d'elles, Suzanne Tremblay, a commenté le film avec émotions au micro de L'heure de pointe.

Un texte de Vicky Boutin

Spotlight traite d'un scandale impliquant des prêtres pédophiles. Il retrace l'enquête de journalistes du Boston Globe qui ont mis en lumière ce scandale sans précédent d'abus sexuel en 2002.

Suzanne Tremblay affirme avoir vu le film deux fois plutôt qu'une, sous le coup de l'émotion.

Elle affirme accueillir le long-métrage comme un véritable soulagement. Elle assure que d'autres victimes de Paul-André Harvey ont ressenti la même chose.

Mme Tremblay est celle qui a fondé une association pour regrouper les victimes du prêtre. Paul-André Harvey a écopé de six ans de pénitencier en septembre 2015 pour avoir fait 39 victimes de six à douze ans, ainsi qu'une femme de 23 ans, entre 1963 et 1987 dans des paroisses de Saguenay. L'homme de 78 ans avait reconnu sa culpabilité quelques mois plus tôt à une quarantaine d'accusations d'attentat à la pudeur et de grossière indécence.

Similitudes

Suzanne Tremblay affirme avoir vu de nombreuses ressemblances entre le scandale mis au jour par le Boston Globe et les événements qui se sont déroulés à Saguenay. Elle est soulagée de ne pas avoir vu de scènes d'abus dans le film, et tient à remercier les journalistes d'avoir continué leur enquête.

La victime maintient avoir fait de l'insomnie pendant plusieurs jours après avoir vu le film Spotlight, mais elle est heureuse de l'avoir finalement visionné.

« Ce film m'a comme lavé de toutes les impuretés, des abus, que j'ai subis », a-t-elle conclu.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine