Retour

UPAC à Saguenay : le maire Jean Tremblay était aussi visé par l’enquête

L'ex-conseiller municipal Fabien Hovington et l'actuel conseiller Bernard Noël n'étaient pas les seuls visés par les enquêtes que l'Unité permanente anticorruption (UPAC) a menées à Saguenay. Le maire Jean Tremblay et le directeur de Promotion Saguenay, Ghislain Harvey étaient aussi concernés par les vérifications de l'UPAC. L'enquête nommée Offrande portait sur deux voyages faits aux frais des contribuables en 2012 et 2013 par les deux conseillers municipaux.

Un texte de Mélissa Savoie-Soulières

Un consortium formé de Radio-Canada, du journal Le Quotidien et du Groupe TVA a obtenu les documents sur les quatre perquisitions faites par l’Unité permanente anticorruption en 2015 et 2016 à Saguenay.

Le directeur général de la Coupe des nations, Lauréat Larouche, et le trésorier de l’organisation, Réjean Maltais, ont tous les deux affirmé aux policiers de l’UPAC que Bernard Noël leur avait dit que le maire Jean Tremblay avait donné son accord pour le voyage en France.

« Un soir d’avril ou mai 2013, Bernard Noël a appelé [Réjean Maltais] à la maison pour lui dire que le maire Jean Tremblay l’avait rencontré et qu’il lui avait offert des vacances. Bernard Noël lui a dit qu’il allait avoir un chèque de Promotion Saguenay de 5500 $ et que cet argent-là c’était pour lui », peut-on lire dans les documents.

Dans ce même document, on apprend que, lors de l’opération Offrande, l’agenda de 2012 de Jean Tremblay a été saisi, de même que le protocole d’entente entre la Ville et Promotion Saguenay, la liste des réservations de voyages faites par Ghislain Harvey et les courriels de Bernard Noël, Ghislain Harvey et le maire Jean Tremblay.

Rappelons que le conseiller municipal Bernard Noël a blanchi Jean Tremblay devant la Commission municipale du Québec. Les perquisitions ont eu lieu après ses déclarations et après le jugement de la cour.

L'UPAC affirme que des enquêtes sont toujours en cours sur toutes les perquisitions faites à Saguenay.

Réaction du maire Jean Tremblay

En entrevue au micro de Radio-Canada, le maire Jean Tremblay a réagi au contenu des documents sur les motifs des perquisitions de l’UPAC. Il assure qu’il n’a rien à voir avec les révélations sur l’usage de fonds publics à des fins personnelles.

« Il fallait bien qu'ils vérifient, ils font une enquête alors il faut qu'ils vérifient tout ça. C'est correct ça », a-t-il commenté à propos des vérifications faites à son sujet.

Le maire affirme qu’un dossier l’a vraiment mis dans l’embarras sur la place publique.

« Il y avait un dossier qui était vraiment déplaisant, celui de Bernard Noël, parce qu’il avait dit que j'étais au courant, raconte Jean Tremblay. Et, à deux reprises, il a signé des déclarations assermentées confirmant qu'il avait menti en disant ça. Effectivement, ça fait mon affaire que ça sorte comme ça », conclut le maire de Saguenay.

Quatre paquets de documents rendus publics

Les documents rendus publics lundi portent principalement sur les motifs des saisies à l’hôtel de ville de Saguenay, à Promotion Saguenay, à l’Office municipal d’habitation (OMH) de Saguenay et l’entreprise de construction Gigari.

Quatre listes d’objets ont aussi été rendues publiques.

Le juge Michel Boudreault a accepté de rendre les documents publics le 4 avril.

Plus d'articles

Commentaires