Retour

Utilisation des téléphones intelligents : la police de Saguenay intervient dans les écoles

L'ouverture d'une enquête policière après l'envoi de photos osées par des adolescentes à leurs copains de l'École polyvalente des Grandes-Marées de l'arrondissement de La Baie a ramené dans l'actualité les risques que représentent les téléphones intelligents.

Un texte de Chantale Desbiens

Depuis 18 mois, des policiers de l'unité de prévention de la Sécurité publique de Saguenay rencontrent pourtant les élèves des écoles de la Commission scolaire des Rives-du-Saguenay afin de leur expliquer les dangers auxquels ils s'exposent.

« Je trouve qu'il y a un peu de méconnaissance des lois au niveau des jeunes, explique l'agent de l'unité de prévention Carl Tremblay, qui fait des interventions dans les écoles. On dirait qu'ils n'en ont pas conscience et on dirait que ça fait partie de leur monde, de leur nouvelle réalité. »

Dès la sixième année du primaire, les élèves participent au programme Gang de choix. Les policiers leur présentent alors la Loi sur le système judiciaire pour adolescents, qui s'appliquent à partir de 12 ans, et ses conséquences.

En première année du secondaire, l'utilisation des téléphones intelligents est abordée avec les jeunes. L'agent de l'unité de prévention de la Sécurité publique de Saguenay affirme que les élèves sont souvent étonnés d'apprendre les dispositions relatives à la pornographie juvénile.

« Il faut comprendre qu'à la minute qu'un mineur se prend en photo nu, il fait de la production de pornographie juvénile. Quand il l'envoie à un ami, il fait de la distribution de pornographie juvénile et la personne qui l'a dans son cellulaire, il y a possession de pornographie juvénile », précise Carl Tremblay.

Avertissement aux parents

Les policiers rappellent que les parents doivent rester aux aguets puisque les téléphones intelligents sont plus que des appareils téléphoniques.

« On dit souvent à nos jeunes qu'on est passé par là, mais les parents d'aujourd'hui ne sont pas passés par là, conclut le policier. On n'en avait pas de téléphones avec nous, donc on ne sait pas à quoi ils peuvent être confrontés comme problèmes. »

Plus d'articles

Vidéo du jour


Recettes de Noël - Ragoût de boulettes de dinde et épinards