Retour

Vent d'inquiétude au lendemain de l'élection de Donald Trump

Les deux députés de Jonquière admettent que l'arrivée de Donald Trump les inquiète pour l'avenir des négociations de libre-échange dans les dossiers clés comme le bois d'oeuvre, le lait diafiltré et le papier surcalandré.

« Le protectionnisme, on le vit déjà, et ç'a été soulevé tellement durant la campagne électorale, c'est inquiétant. [...] on va avoir du travail à faire en Chambre des communes. [...] J'espère que M. Trump va aussi montrer qu'il veut continuer à travailler avec le Canada », a mentionné la néo-démocrate Karine Trudel à l'émission Café, boulot, Dodo.

Mme Trudel espère aussi que l'attitude de compromis décelée dans le discours de victoire de Donald Trump se reflétera dans les dossiers régionaux d'importance pour en venir à une entente avec le président désigné.

Même son de cloche dans le clan péquiste

Le député Sylvain Gaudreault abonde dans le même sens que son homolgue Karine Trudel. À son avis, l'élection de Donald Trump représente un repli sur soi et un protectionnisme qui pourrait nuire au Saguenay-Lac-Saint-Jean.

M. Gaudreault pense que le changement de garde risque d'avoir un impact significatif sur l'industrie du bois d'oeuvre, du papier et de l'aluminium.

Produits forestiers Résolu inquiète, mais optimiste

Le porte-parole de l'entreprise Produits forestiers Résolu (PFR), Karl Blackburn, convient que l'élection de Donald Trump ajoute une couche supplémentaire d'incertitude dont l'industrie n'a vraiment pas besoin.

Même s'il voit le protectionnisme accentué aux États-Unis comme une mauvaise nouvelle, M. Blackburn pense qu'il faut laisser le temps faire son oeuvre.

Il prévoit que la réalité dans laquelle le Canada et les États-Unis évoluent pourrait forcer le président désigné à mettre de l'eau dans son vin par rapport aux positions tranchées qu'il a prises en campagne électorale.

« Je persiste à croire que la raison et le bon sens vont avoir gain de cause. Le bon sens, c'est que le Canada et les États-Unis sont deux voisins qui ont besoin l'un de l'autre et dans ce contexte j'espère que c'est la raison qui va gagner », soutient Karl Blackburn.

« Ça vient sonner les cloches, mais est-ce que ça veut dire que tout va être terminé, que tout va être détruit? Je ne pense pas », conclut-il.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Qu'est-ce qui se passe quand tu fais une détox de cellulaire?