Retour

Vente de permis en baisse : la solution est dans la relève, estiment chasseurs et pêcheurs

La vente de permis de chasse, de pêche et de piégeage n'a jamais été aussi peu populaire au Québec. En 2017, 100 000 permis de moins ont été vendus par rapport à 2013. Dans la région, cette tendance commence à se faire sentir.

À la Fédération régionale des chasseurs et pêcheurs, on accuse la hausse du prix des permis comme responsable de cette perte d’intérêt. À cela s’ajoutent les prix des baux en villégiature qui ont explosé.

« Au début des années 2000, on pouvait parler d'une moyenne de 200 $. En 2020, en 2025, on peut parler de 1200 $ dans certains secteurs. Donc, c'est six fois le coût que ça nécessitait. Ça, c'est avant d'acheter l'essence pour aller en forêt et tout ce qui s'en suit et aussi les permis. Tous ces facteurs-là éloignent les jeunes familles et les gens qui sont moins bien nantis », déplore le président de la Fédération, Gilles Brassard.

La situation est moins inquiétante au Lac-Saint-Jean qu’au Saguenay. La corporation LACtivité Pêche a noté dans son rapport annuel une baisse moins prononcée de la vente des permis de pêche au Lac-Saint-Jean qu'ailleurs au Québec. Les atouts de la région aideraient à la pérennité du sport selon l’organisation.

Motiver les jeunes

Avec le vieillissement de la population, le président de Promotion Pêche, Rémi Aubin, croit qu'il est grand temps de motiver les jeunes à lancer leur ligne à l'eau.

« On espère que, pendant l'été, il y aura de nouveaux programmes faits pour motiver la relève. On le voit d'ailleurs avec le programme pour les zecs de la région, la gratuité pour les jeunes. Ça, c'est bien aussi. Tous les efforts qui sont faits, l'organisme Promotion pêche que je représente, on dit bravo à ça, mais il faut poursuivre avec la relève, car c'est le secret », estime Rémi Aubin.

Plus d'articles