L'équipe de Radio-Canada profite de la dernière semaine avant les élections municipales pour vous permettre de mieux connaître les candidats à la mairie des trois plus grandes villes du Lac-Saint-Jean.Dans ce volet, nous avons proposé aux candidats de Saint-Félicien de répondre à trois questions en 50 mots. Voici leurs réponses.

Luc Gibbons

Yvon Guay

Gilles Potvin

Luc Gibbons

Par quoi passe l’avenir du Lac-Saint-Jean pour sortir les villes de la pauvreté?

Il faut stimuler l’investissement pour créer des emplois, il faut aussi valoriser tous les types d'emplois, avec des salaires viables. Dans un climat gratifiant, les travailleurs pourront se réaliser. Pas d'exclusion pour les femmes, les jeunes et les aînés. C'est le travail de toute la population qui permet une croissance économique. S'instruire, c'est s’enrichir et il n’y a pas d’âge. (60 mots)

Comment voyez-vous votre ville dans 10 ans?

Je suis très confiant pour notre avenir; considérant notre situation géographique, la qualité et la grandeur de notre territoire; considérant également les forces de notre économie et nos institutions. Je vous propose avec le nouveau conseil d'établir un accueil personnalisé qui permettra de bien intégrer tous les nouveaux citoyens et leur famille. (52 mots)

Quelle ville vous inspire et pourquoi?

Plusieurs villes m’inspirent. Par exemple : Québec, couronnée en 2016 la ville culturelle de l'année. Singapour, reconnue par son faible taux de criminalité et son respect de l'environnement. Vienne, la ville jouissant de la meilleure qualité de vie au monde. Aujourd'hui, le développement est relié directement au respect de l'environnement, à des services de qualité et la participation (consultation) citoyenne. (60 mots)

Yvon Guay

Par quoi passe l’avenir du Lac-Saint-Jean pour sortir les villes de la pauvreté?

Il nous faut être créatifs et écouter le Gouvernement du Québec. Cette écoute passe par la création d'un commissariat industriel renouvelé pour chacune des municipalités. Il faut aller chercher les compétences disponibles. Les HEC [Hautes études commerciales] forment d'excellents candidats bilingues dans un contexte de modernisation.

Comment voyez-vous votre ville dans 10 ans?

Je souhaite que notre municipalité ait augmenté sa population de 10 %. Ceci est conditionnel au travail effectué par un commissariat industriel renouvelé. Il ne faut pas craindre le meilleur quand les compétences sont présentes chez nous.

Quelle ville vous inspire et pourquoi?

Saint-Félicien est déjà une ville modèle et le sera davantage dans 10 ans. Elle sert et continuera de servir de mentorat pour la région grâce au tourisme, agriculture, domaine forestier. Ses installations sportives, récréatives et culturelles en font un milieu de vie désirable et désiré. Pourquoi regarder ailleurs quand l'on possède tout ce qu'il nous faut chez nous? Il nous suffit d'être visionnaires et réalistes. Il n'y a pas de petites municipalités sauf celles qui dorment. Saint-Félicien se distingue par ses activités. (82 mots)

Gilles Potvin

Par quoi passe l’avenir du Lac-Saint-Jean pour sortir les villes de la pauvreté?

1. En innovant comme jamais dans l’optimisation de l’exploitation de nos ressources hydrauliques, forestières et surtout humaines avec nos quatre cégeps et notre université.2. Par une mobilisation générale pour la création d’emplois et le soutien à l’entrepreneuriat régional.3. Avec une orientation très claire des nouveaux fonds de développement de Val-Jalbert et de la 11e chute vers le soutien et le partage du risque. (65 mots)

Comment voyez-vous votre ville dans 10 ans?

Saint-Félicien, capitale forestière du Québec, avec la dernière usine de pâte Kraft, la plus performante en Amérique du Nord, sa production de cellulose exclusive et sa scierie ultra moderne opérant sur trois factions. Une offre aux producteurs en serres de deux réseaux de chaleur d’une capacité de 50 hectares et le Zoo sauvage, reconnu comme l’un des cinq plus beaux sites au monde, qui attire 300 000 visiteurs par année. (70 mots)

Quelle ville vous inspire et pourquoi?

Saint-Georges de Beauce, qui est une petite capitale régionale des plus dynamiques et le berceau de l’entrepreneuriat québécois. Son économie se déploie sous forme de grappes industrielles qui intègrent l’ensemble du territoire beauceron. La sous-traitance et le partage des opportunités font partie de leur réflexe de développement afin de relever tous les défis qui se présentent. (56 mots)

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine