Retour

Yves Martin dit que le véhicule des victimes s'est retrouvé devant lui

Yves Martin a commencé à témoigner à son procès, au palais de justice de Chicoutimi. À son avis, ce n'est pas lui qui était dans la mauvaise voie, mais l'autre véhicule.

« La Honda Civic était dans sa voie, j’étais dans ma voie. Il m’a sorti dans la face, ça a pris une demi-seconde. Je roulais et POW, il s’est crissé dans moi. J’ai essayé de braquer à gauche », a-t-il affirmé à la cour.

L’homme de 36 ans est accusé de conduite avec les facultés affaiblies et de conduite dangereuse causant la mort.

Dans son interrogatoire diffusé plutôt au procès, Yves Martin soutenait qu’il ne se souvenait de rien.

« L’enquêteuse me questionnait et là, je suis sous le choc. Je pense qu'il y a des morts. Je pense qu'ils m’accusent d’être responsable de l’accident. J'ai mal à la tête », a-t-il dit au tribunal.

Selon ses dires, ce n’est que deux ou trois semaines plus tard, avec du repos et du temps, que les pièces du casse-tête se sont mises en place et que les souvenirs de l’accident sont revenus.

Il a admis qu’il roulait vite, comme tous les automobilistes qui connaissent bien le rang Saint-Paul à son avis.

Il confirme qu'il a bu cinq bières dans les heures précédant l'accident, en ajoutant qu'il n'était pas sous l'effet de l'alcool. « J'étais ben normal, ben à jeun », a dit Yves Martin.

Plus d'articles

Vidéo du jour


10 choses à savoir sur le « Cyber Monday »