Retour

À 93 ans, il sauve son village en le transformant en oeuvre d'art

Un petit village de Taiwan échappe aux bulldozers grâce à un homme de 93 ans qui l’a transformé en oeuvre d’art.

Le village, qui comptait autrefois 1200 maisons, est situé au centre du pays et est l’un des 800 établissements qui avaient été construits pour accueillir les soldats chinois après la Deuxième Guerre mondiale. 

Il y a cinq ans, le gouvernement taïwanais a envoyé une lettre à ses habitants expliquant que tout le village serait détruit, puis reconstruit à neuf.

Aux villageois, le gouvernement offrait de l’argent (plus ou moins 60 000 $)s’ils partaient, ou une nouvelle maison. Mais l’un des villageois n’était pas d’accord. Huang Yung-fu vit dans sa maison depuis 37 ans et il n’était pas question pour lui de l’abandonner, même quand il n’est resté que 11 maisons et que tous ses voisins furent partis.

« Je ne voulais pas déménager, a-t-il expliqué aux médias. C’est la seule vraie maison que j’ai eue à Taiwan. »

* Une touriste pose dans le village arc-en-ciel.( SAM YEH/AFP/Getty Images)

De passe-temps...

Quand il n’y eut plus que lui dans le village lui est venue l’idée de se mettre à peindre, question de se désennuyer.

« Mon père m’a montré à peindre quand j’avais cinq ans, mais je ne l’avais plus fait depuis mon enfance. La première chose que j’ai peinte, c’est un oiseau dans ma maison. »

Huang, qui avait alors 88 ans, a commencé par peindre tout l’intérieur de sa petite maison, puis l’extérieur avant de s’atteler aux maisons voisines, abandonnées par leurs occupants.

* Des touristes visitent le « village arc-en-ciel » en 2013, à Taichung, à Taiwan. (Lam Yik Fei/Getty Images)

Son oeuvre a continué à prendre de l’ampleur jusqu’à ce que des étudiants universitaires la découvrent il y a quatre ans et décident de lancer une campagne pour la sauvegarder.

... à oeuvre d'art

Depuis, le village est l’une des attractions touristiques les plus importantes de la région, attirant plus d’un million de visiteurs chaque année.

Encore aujourd’hui, l’homme de 93 ans se réveille chaque jour à 3 h du matin pour aller peindre ses personnages, ses oiseaux et ses animaux bigarrés sur les murs et les ruelles de son mini-village.

Celui que l’on a surnommé le « grand-père arc-en-ciel » a réussi son pari : conserver son village pendant que l’on rasait tout autour de lui.

Le plus réjouissant, c’est que Huang n’a pas l’intention de s’arrêter et veut continuer à peindre son village pour assurer sa survie.

(source)

 

Commentaires

Quel type de contenu consultez-vous le plus fréquemment?

Rabais de la semaine