Retour

Les barbus sont plus sexistes, infidèles, bagarreurs et voleurs

Selon une étude réalisée en Inde et aux États-Unis, les barbus, peu importe la longueur de leur barbe, sont plus sexistes que les hommes sans poils au menton.

Selon une deuxième étude, réalisée en Angleterre, les hommes à grosse barbe ont plus tendance à être infidèle, voler ou se bagarrer que les glabres.

La première étude a été récemment réalisée auprès de 500 hommes, âgés de 18 à 72 ans, en Inde et aux États-Unis.

On a montré neuf sortes de barbes à ces hommes, de longueurs et de styles différents.

Chacun devait choisir le style ressemblant le plus au leur. Il s’est avéré que 86 % des Indiens portaient la barbe, contre 65 % des Américains. On a ensuite demandé aux répondants s’ils étaient d’accord ou pas avec une série de déclarations sur les rôles féminin et masculin.

Les barbus, et ce, peu importe la longueur de leur poil facial, étaient plus en accord avec les déclarations sexistes hostiles que les hommes glabres.

Démontrer du sexisme hostile, selon la définition de l’étude, c’est être d’accord avec des croyances ouvertement négatives au sujet des femmes.

Le sexisme bienveillant, quant à lui, concerne ceux qui ont des croyances sur les femmes extérieurement positives, mais tout aussi dommageables, comme le fait de présumer qu’elles sont par nature plus gentilles ou meilleures cuisinières que les hommes.

L’étude conclut que les barbus ont tendance à être plus conservateurs et à valoriser les rôles traditionnels des sexes.

Peut-être que les hommes qui ont des attitudes plus négatives envers les femmes ont plus tendance à choisir de se laisser pousser la barbe parce que ça accentue leur masculinité apparente et leur domination, a résumé l’un des chercheurs de l’étude.

Deuxième étude

La deuxième étude a été réalisée par le nouveau réseau social vidéo eva qui a trouvé un lien direct entre la longueur du poil facial et une tendance à se bagarrer, à tromper et à voler.

La recherche, menée auprès de 2000 citoyens britanniques, révèle que les hommes portant les poils faciaux les plus longs sont des bagarreurs : 45 % d’entre eux ont admis avoir été impliqués dans des bagarres, comparé à 29 % des hommes rasés. 

Ce sont aussi des infidèles : 47 % des barbus sondés ont admis avoir trompé leur partenaire, comparé à 20 % des glabres. Et aussi des voleurs : 40 % ont déclaré avoir déjà volé quelque chose, comparé à seulement 17 % des rasés.

De plus, il semble que le port d’une grosse barbe peut créer des problèmes avec l’employeur : presque la moitié des hommes qui la portent (43 %) ont admis avoir déjà été mis à la porte…

Les femmes préfèrent James Bond

Le sondage eva a également demandé aux femmes si elles aimaient les barbus. 

Eh bien, malgré ce que semblent croire les hipsters et les paresseux du rasoir de ce monde, la plupart des femmes ne pensent pas que la barbe soit un bon look pour un homme.

La réponse est claire : 62 % des femmes ont dit qu’elles préfèrent un homme rasé de près à tout autre type de poil facial.

De plus, 35 % des répondantes ont dit préférer un homme avec des cheveux gris plutôt qu’avec une grosse barbe fournie.

De la barbe de Cro-Magnon à celle du hipster

La barbe, comme tout ce que l’être humain compte de types de poils, suscite d’intenses débats depuis la nuit des temps.

C’est que la barbe (masculine) a ceci d’unique qu’elle est non seulement un trait biologique, mais aussi un symbole culturel.

Le débat ne date pas d’hier : les premiers rasoirs dignes de ce nom sont apparus il y a cinq mille ans, quand ont été créés les premiers outils en cuivre.

Certains attribuent la présence de ce poil facial à son utilité en tant que protection solaire. Mais si c’était le cas, pourquoi les femmes n’en seraient-elles pas pourvues? 

Le naturaliste anglais Charles Darwin, et bien d’autres par la suite, croyait que les barbes étaient des parures conçues pour attirer les femelles et signaler une domination, comme les paons le font avec leur plumage ou les gorilles avec leur pelage. 

Comment concilier ça avec le fait que les femmes préfèrent en général le style James Bond?

Go figure.

Barbe, OK. Mais lavez-la, svp !

(Crédit photo: iStock)

Les experts s’accordent : le poil facial est plein de bactéries qui peuvent transmettre les germes et créer des infections. On y retrouverait en fait plus de germes que dans une toilette.

Selon les trichologues, ces experts du poil, les barbes ne sont qu’une éponge à bactéries et le moyen parfait de transmettre les germes et mener à des infections de la peau.

Les barbes ramassent plus de germes parce que leurs poils sont plus rugueux que les autres poils, ils ont plus de courbes et de plis et attrapent la poussière et les germes plus facilement.

Les poils situés près des narines et de la bouche sont bien placés pour abriter les bactéries. On l'a tous remarqué, les barbus ont l’habitude de (beaucoup) toucher leur attribut, multipliant d'autant les occasions de transmettre les bactéries à leurs bouches si leurs mains sont le moindrement sales.

Pas très étonnant que près de la moitié (44 %) des femmes qui ont répondu au sondage d’eva ont déclaré que ce qu’elles détestaient le plus des barbes est le fait qu’elles ne sont pas hygiéniques.

Pire encore, 39 % d’entre elles craignaient trouver des restants de nourriture dans les poils du visage.

Le message est clair, messieurs. La barbe, OK, c’est votre choix. Mais lavez-la, c’est tout ce qu’on vous demande.

(Source)

Commentaires