Retour

Grèce: les graffitis de la colère

La Grèce fait face à la pire crise économique de son histoire. Athènes doit payer au Fonds monétaire international la bagatelle de 1,6 milliards d'euros d'ici 48 heures, sinon l'économie grecque pourrait s'écrouler. À terme, la Grèce pourrait même se faire expulser de la zone euro.

Les politiciens, les banquiers, les big shots s'accusent alors que la population vit dans la crainte de perdre ses économies. C'est toujours les plus petits qui paient. Pendant ce temps, les graffiteurs ne chôment pas. Sur les murs du pays, on peut admirer le travail des artistes, des graffitis d'un pays à fleur de peau et au bord du déchirement.

Étrange qu'un contexte économique si laid puisse engendrer de si belles choses.

Grèce: les graffitis de la colère

Grèce: les graffitis de la colère

Grèce: les graffitis de la colère

Grèce: les graffitis de la colère

Grèce: les graffitis de la colère

Grèce: les graffitis de la colère

Grèce: les graffitis de la colère

Grèce: les graffitis de la colère

Grèce: les graffitis de la colère

Grèce: les graffitis de la colère

Grèce: les graffitis de la colère

Grèce: les graffitis de la colère

Grèce: les graffitis de la colère

Grèce: les graffitis de la colère

Via Mashable et BFMTV

Plus d'articles

Commentaires