Retour

Jeff Fillion : Raïf Badawi, un cave qui mérite ses coups de fouets

J'hésitais à parler de Jeff Fillion, trouvant qu'on lui avait déjà donné suffisament de tribune depuis hier. Mais comment rester muet face à de telles bêtises? Comment passer sous silence de telles aberrations? Fermer sa gueule, n'est-ce pas être un peu complice?

Dans son émission d'hier sur NRJ Québec, Fillion y est allé d'une envolée indélicate et irréfléchie sur Raïf Badawi, ce blogueur détenu en Arabie Saoudite depuis juin 2012 et condamné à 1000 coups de fouet, 10 ans de prison et 1 million de rials pour ses opinions sur la place de la religion dans la société saoudienne.

"Comment il s’appelle, Badoui? Badioui? Raif Badaoui. (…) Awoueille des coups de fouets we don’t care. C’est tu un Canadien? Pourquoi on s’occupe de ça? Il est allé dans une place où aller challenger la religion c’est peut-être pas une bonne idée (…) On appelle ça courir après la marde. (…) Essayer de remettre l’Arabie Saoudite avec des valeurs occidentales. Faut vraiment être un toton. Le gars est dans un des pays les plus totalitaires de la planète. Et il veut changer ça avec un blogue et écoeurer tout le monde? St’un cave! J’m’excuse mais les coups de fouets il va les avoir."

Voici des propos que l'on pourrait qualifier de surprenants si on tient compte que Fillion est lui-même un grand défenseur de la "libarté".  Je serais également curieux de connaître sa position sur la présence américaine et canadienne au Moyen-Orient (nannn). "Essayer de remettre l'Arabie Saoudite avec des valeurs occidentales", c'est pas ce que le gouvernement canadien essaie de faire par sa présence militaire?

Des fois, j'écoute la radio jambon pis je me dis, ben non, ils niaisent, tu peux pas être nono de même dans la vie. Ben ça a l'air que oui. Anyway, j'aurais beau déblatérer durant des heures sur les hérissements de poil que me procure ce personnage aux diatribes simplistes et monochromes, il n'y a rien de pire qu'un sourd qui ne veut pas entendre.

Faites-vous votre propre opinion ici.

Jeff Fillion 

Via Sortons les poubelles

Commentaires