Parce que l’odeur de son père décédé lui manquait, une Française a eu l’idée de créer une entreprise qui offrirait des parfums reproduisant l’odeur des êtres aimés.

On le sait, à tout le moins depuis Proust et ses madeleines, les odeurs sont des clés parfaites pour libérer les souvenirs, bons ou pas.

C’est ce qu’a compris Katia Apalategui il y a sept ans quand, alors qu’elle racontait à sa mère à quel point lui manquait l’odeur de son père décédé, en soulignant le fait que les photos et les objets ne suffisaient pas à apaiser son deuil, sa mère lui a avoué qu’à elle aussi, son odeur manquait tellement qu’elle ne s'était jamais résolue à laver sa taie d’oreiller.

Créer des liens olfactifs

Katia Apalategui, qui était alors agente d’assurances, s’est penchée sur le monde de la chimie olfactive, s'associant avec le département de chimie organique et macromoléculaire de l’université du Havre, dans le nord de la France, pour identifier, extraire, séparer et quantifier les multiples composés d’une odeur.

Katia Apalategui, fondatrice de l'entreprise Kalain.

Crédit photo: Capture d'écran YouTube/Innovamag

Six ans plus tard, la voici prête : Kalain (à prononcer comme « câlin »), l’entreprise de création de liens olfactifs de Katia Apalategui, va lancer ses premiers « réconforts olfactifs » dans un mois, à temps pour les Fêtes (et la Saint-Valentin).

Pour les disparitions définitives ou provisoires

Tout ce qu’il faut au départ pour pouvoir reproduire l'odeur d'un être aimé, c’est un vêtement ou un morceau de tissu bien imprégné de l’odeur de la personne (ou de l’animal) dont on veut conserver le souvenir olfactif. 

Crédit photo: Capture d'écran YouTube/Innovamag

Le concept original, qui était de reconstituer l’odeur d’une personne disparue à jamais, s’est élargi au fil du temps et ne sera plus le seul apanage des pompes funèbres. 

Parce qu’on peut vouloir conserver l’odeur d’une personne décédée, mais aussi celle d’une personne qui s’absente pour une période de temps plus ou moins longue, comme une maman qui laisse son enfant à la garderie ou des professionnels qui doivent s'éloigner de leurs enfants et de leurs conjoints pendant un certain temps.

Je trouve l’idée charmante et réconfortante. Le hic, c’est que chaque bouteille de 10 ml se vendra environ 600 $. Je vais donc me contenter d’une taie d’oreiller dans un bocal scellé.

Pour en savoir plus sur le procédé de fabrication des parfums Kailan, voici un reportage sur le sujet :

Et comme le dit si bien Pascal Quignard (citation pêchée sur le site de l’entreprise)

L’amour c’est d’abord aimer follement l’odeur de l’autre.

Si vous vous intéressez à l'odeur, voyez comme les moustiques choisissent leur cible en fonction de leur odeur.

 

 

Commentaires