Retour

Elle transforme des poupées hypersexualisées en poupées sympas

Avant. Après.

Depuis 2001, l'univers des petites filles est envahi par une horde de poupées aux lèvres et aux yeux outrageusement maquillés et disproportionnés.

Depuis janvier 2015, une Australienne donne une nouvelle vie à ces poupées en leur créant de nouveaux visages, des visages qui ressemblent beaucoup plus à ceux de vraies petites filles qu’à ceux de femmes aussi vulgaires qu’improbables.

(Crédit photo: Facebook)

Sonia Singh vit avec son mari et leur petit garçon sur l’île de Tasmanie, en Australie. Comme la plupart des petites filles, elle a aimé jouer à la poupée avec ses soeurs. Elle aime toujours les poupées, mais parce qu’elle n’aime pas l’idée de jeter des objets qui ne feront que remplir les décharges publiques, elle a commencé, en janvier dernier, à recycler les poupées abandonnées dans les magasins d’occasion et à leur redonner vie.

(Crédit photo: Facebook)

(Crédit photo: Facebook)

Sonia est une scientifique de formation, mais c’est aussi une artiste. Elle démaquille les poupées et, d’une main sûre, leur dessine de nouveaux traits.

Le changement ne se fait pas qu’au niveau du visage. La mère de Sonia coud et tricote des vêtements pour chacune des poupées, tandis que sa fille leur façonne de nouvelles chaussures.

(Crédit photo: Facebook)

Pour de vrais enfants prêts à explorer le monde

Sonia a présenté ses premières poupées en janvier dernier à ses quelques amis Facebook. Neuf mois plus tard, au moment d’écrire ces lignes, 448 725 personnes aiment la page de Tree Change Dolls™, une entreprise dont le but est « de créer des poupées qui reflètent les enfants réels prêts à explorer le monde! »

Le succès est tel que les gens se mettent sur une liste d’attente pour avoir une poupée transformée par Sonia.

Le grand prix de la communauté Etsy

Le 24 septembre dernier, Sonia Singh a remporté le prix de la communauté du concours international des Etsy Design Ewards, l’emportant ainsi sur 52 autres finalistes choisis par un panel d'etsy.com, le populaire marché en ligne des biens artisanaux.

(Crédit photo: Tumblr)

La jeune femme a, bien malgré elle assure-t-elle, inspiré de nombreux artisans  avec ses créations, au point qu’elle les encourage dorénavant à l'imiter en partageant avec ses admirateurs ses trucs et son savoir-faire sur la façon de « sous-maquiller » les poupées.

Parce qu’elles sont faites à la main, la quantité de poupées que je peux faire est limitée à environ 20 par mois, explique-t-elle, et elles se vendent toujours tellement vite. J’aime encourager les autres à s’essayer. 

Une belle inspiration avant Noël.

Commentaires