Démystifier le zéro déchet

Démystifier le zéro déchet

Je commence à être sérieusement insécure quand vient le temps de jeter quelque chose. Je me pose 1000 questions avant de poser l'objet délictueux dans la poubelle. Est-ce recyclable, réparable, transformable, réutilisable... Après moults tergiversations, j'en viens à la conclusion que oui, ma paire de chaussures que j'ai depuis 10 ans qui prend l'eau, dont le cuir est si patiné qu'on voit au travers, peut réellement aller à la poubelle. Allez hop, jetée!

Et là bam! J'attends l’apparition du génie de l'environnement qui va me sortir l'argument avec un A majuscule pour que je récupère ces fichus chaussures... Sérieusement, je stresse. C'était bien le temps de l'insouciance, on jetait sans se poser de questions... Jusqu'au jour où en regardant un documentaire sur les Bahamas, tu vois passer ta paire de chaussures dans l'eau azuréenne! 

C’est à ce moment qu’on s’est dit que c’était assez et qu’il fallait réellement faire quelque chose. Et passé à l’action commence tout simplement par soi-même. Sauf que… Sauf que c’est tout un parcours pour s’y retrouver et savoir quoi et comment entreprendre le zéro déchet.

Petit guide pour démystifier le zéro déchet

Dans un coin de votre tête, mettez-y les 6 R et pensez-y dans cet ordre: refuser, réduire, réutiliser, réparer, recycler et composter (qui se dit Rot en anglais). Qu’est-ce que ça veut dire concrètement?

Refuser: c’est LA base. On se questionne sur tout ce qui est superflu: l’emballage à usage unique, les courriers indésirables, les cadeaux inutiles, les achats impulsifs (en avez-vous vraiment besoin?). Bref, regardez votre consommation (et le contenu de votre poubelle et de votre bac à recyclage! Ça vous donnera une bonne idée de ce qu’il y a à changer…)

Démystifier le zéro déchet et réduire

Démystifier le zéro déchet et réduire

shutterstock

Réduire: on besoin de certains objets dans notre quotidien, mais a-t-on vraiment besoin de TOUS ces vêtements? Avons-nous besoin (on parle de besoin, pas d’envie n’est-ce pas?) du dernier cellulaire, d’un ordinateur ET d’une tablette? Faites l’exercice: observez votre environnement personnel avec un regard neutre, vous allez rapidement réaliser à quel point vous accumulez les objets. S’en est étouffant!

Réutiliser: ça veut autant dire réutiliser ce qu’on a déjà chez soi, mais également ce qui existe déjà sur le marché du seconde main. Pourquoi? Parce qu’ainsi on valorise les resources déjà existante et on envoie un message aux industries indiquant que non on ne veut pas de nouvelles ressources, mais bien des solutions environnementales. Après tout, on le sait, une compagnie réfléchit en terme de dividendes pour ses actionnaires, de bonus pour ses dirigeants et de profits pour sa rentabilité… Savoir à quel point on a ce pouvoir entre les mains fait réfléchir non?Démystifier le zéro déchet et réutiliser

Démystifier le zéro déchet et réutiliser

shutterstock

Réparer: petite, j’accompagnais régulièrement mon père chez le cordonnier. On apportait nos électroménagers au réparateur du coin et il n’était pas rare de faire un peu de couture pour un vêtement un peu usé. Des habitudes qu’on a jeté aux orties pour notre plus grand bien pensait-on. C’est sur que recoudre un bas troué, ça n’emballe personne. Mais jeter un appareil qui pourrait être réparer, voire revendu ensuite, c’est un geste extrêmement polluant (ben oui, vous n’êtes pas le seul à le faire!) et en plus vous perdez de l’argent!

Recycler: haaaa, celui-là on est persuadé de le maitriser à la perfection. Facile me direz-vous… Et puis vous avez le sentiment que c’Est un geste super efficace pour l’environnement. Oui c’est une bonne chose, et personne ne vous reprochera de mètre votre plastique dans ce fameux bac vert. Pourtant, l’idéal est, à la base, de ne pas produire de déchet tout simplement.

Composter: Les matières organiques qui sont pitcher dans les sites d’enfouissement n’ont pas accès à l’air pour se transformer en compost. À la place, elles produisent du méthane, ce gaz à effet de serre qui est 25 fois plus puissant que le CO2. Si vous avez de la chance, votre ville offre un service sinon vous pouvez utiliser un composteur domestique et créer un engrais très riche pour vos plantes et pourquoi pas celles des voisins!
Doucement mais surement vous verrez votre environnement personnel s’alléger, se simplifier et devenir beaucoup plus sain (et économique!).

Réduisez votre empreinte écologique! Découvrez notre site collectifzerodechet.ca


Vous aimerez aussi