Retour

La véritable histoire derrière le film Amityville, la maison du diable

Amityville, la maison de l'horreur en 1973, située au 112 Ocean Avenue

Derrière le film Amityville, la maison de l’horreur, qui en a fait trembler plus d’un, se cache une véritable histoire sanglante et particulièrement étrange

Dans la nuit du 13 novembre 1974, à trois heures du matin, le fils ainé de la famille DeFeo, Ronald Junior, 23 ans, assassine à coups de fusil ses parents, ses deux soeurs et ses deux frères.  Mais il épargne le chien de la famille. Il sera démontré que les coups de fusil pouvaient être entendu à cinq pâtés de maison, pourtant aucun des voisins n’a entendu les coups de feu. Par contre, plusieurs témoigneront avoir entendu le chien aboyer…

À 18 h 30, ce même jour, Ronald Junior débarque au Henry’s Bar tout proche en criant: »Je crois que ma famille a été assassinée! »

Des versions contradictoires

Selon l’enquête de police, les parents auraient été assassinés en premier. Pour expliquer le fait que les enfants n’aient pas été réveillés par les coups de feu, les policiers ont conclu que Ronald Junior avait monté le son de la télévision. (Un peu tiré par les cheveux non?)

La police arrête le fils ainé qui va donné plusieurs versions différentes avant de finalement reconnaitre les crimes. Il mentionne aussi qu’il n’était pas seul, ayant pu compter sur deux amis et sa soeur Dawn et que c’est elle qui a tué les autres enfants. (Qui l’a tué elle alors?) Dans une autre version, il racontera avoir entendu des voix dont celle de Dieu, lui ordonnant de tuer sa famille. 

La police découvre que Ronald Junior était loin d’être un ange. Grand consommateur de drogues, il se disputait, parfois à coups de poings, avec son père. 

La maison est-elle possédée?

Durant le procès, les résultats des autopsies démontrent que les victimes n’ont pas été droguées avant les meurtres.

L’avocat de DeFeo demande alors la tenue d’une enquête dans la maison pour prouver qu’une puissance aurait influencé son client… L’avocat pense qu’il y aurait des champs électromagnétiques ou des forces telluriques « qui auraient déséquilibrer les cellules et la santé mentale » de son client. Il fait même intervenir Hanz Holzer, chercheur dans le paranormal, pour confirmer ses dires… 

Le jury n’achète pas cette théorie et le condamne à 6 peines de 25 ans. 

De nouveaux propriétaires

Mise en vente, la maison reste inoccupée plusieurs mois. (on se demande vraiment pourquoi!) Plusieurs acheteurs potentiels reculent, ne voulant pas vivre dans une maison où a eu lieu un massacre. Quant aux autres, ils la pensent hantée. Les deux lucarnes de devant sont même vues par certains comme les yeux du diable. 

Le 112 Ocean Avenue est finalement vendue un an plus tard à la famille Lutz et leurs trois enfants âgés de 10 ans, 7 ans et 5 ans. Kathy, 30 ans, et George, 28 ans, étaient au courant du passé de la maison. Lors de la visite, rien ne se passe.

Amityville, la maison en 2005, la vraie histoire d'horreur

Wikipedia

Le jour de l’emménagement, ils font quand même bénir la maison et le prêtre leur conseille de ne pas utiliser une des pièces sous les toits. Le père Ray aurait entendu une voix lui disant de partir et reçu une gifle… 

La famille découvre un peu plus tard une pièce dans la cave qui ne figure pas sur les plans. Les murs sont peints en rouge et le chien de la famille refuse obstinément d’y entrer. 

Peu après Noël, se produisent des choses étranges: bruits de pas, odeur fétide, craquements… Kathy fait des cauchemars sur la famille DeFeo, George se réveille toutes les nuits entre 3 h et 3 h 30 (heure du massacre de la famille DeFeo) et leur petite fille de cinq ans a une amie imaginaire qui lui dit que jamais ils ne partiront de la maison.

Une nuit infernale

La nuit du 14 janvier 1976, les meubles se mettent à bouger, les portes et fenêtres claquent, des bruits étranges montent de la cave… George voit sa femme léviter et lorsqu’elle le regarde son visage se transforme en vieille femme… Sympa, le réveil!

La famille part en pleine nuit emmenant simplement leur chien et laissant tout le reste. Jamais, ils n’ont dérogé de leur version.

Des membres de la Société pour la recherche psychique de Nouvelle-Angleterre ont mené des expériences sur place et plusieurs membres ont eu des malaises et ont assisté à des manifestations. 

Parmi les propriétaires suivants, aucun n’a rapporté de manifestations étranges. Cependant, il n’y eu jamais de propriétaire pendant plus de 10 ans, il y eu de nombreux divorces, une mort par overdose et on dit même qu’une des victimes du 11 septembre 2001 avait vécu dans la maison. De là à voir une manifestation du mal…

Vidéos du moment

Les sujets chauds de l'heure