Retour

Les mystérieux incendies du château de Lunéville, dit « des lumières »

Les mystérieux incendies du château de Lunéville

L’histoire du château de Lunéville, surnommé le "Château des lumières", est riche en événements de toutes sortes. Charles Le Téméraire en a été l’un des propriétaires, c'est dire! Mais ce sont plutôt les 13 mystérieux incendies qui s’y sont déclarés qui entachent son histoire autrement grandiose…

Enchainements d’incendies

Durant ses années historiques, le château a enchainé les incendies, dont sept ont été majeurs, provoquant de nombreux travaux de rénovations… dont les derniers se termineront en 2023.

Le premier incendie répertorié se déclenche le 3 janvier 1719 dans l’aile droite du château. Il fait sept morts et détruit une partie du corps central.

Le second arrive 20 ans plus tard, en 1739. Cette fois, il se déclare dans l’aile de l’avant-cour au premier étage.

Le troisième? 20 ans plus tard… Exactement au même endroit que 20 ans plus tôt.

En 1766, la robe de chambre du Duc de Lorraine prend feu. Il mourra de ses blessures.

1789. 20 ans plus tard donc… L’incendie démarre au sous-sol du château, dans ses cuisines. Le feu prend d’assaut le grand escalier. Heureusement, la structure de pierres stoppe la furie des flammes. Sinon, il n’en serait rien resté.

Le cinquième a lieu, lui, en 1814. Il détruit la petite aile nord de la cour.

Le sixième éclate en novembre 1849 au même endroit qu’en 1719 (dans l’aile droite), à 6 heure du matin. Il faudra 24 heures aux pompiers pour en venir à bout. À l’époque, il faut aller puiser l’eau dans le canal à l’aide de gros seaux en bois. On déplorera deux victimes sévères : amputation d’un pied pour l’un, amputation de deux doigts pour l’autre. La cause? La chute de cheminées et de poutres.

Le septième, et non des moindres, dévore entre 300 et 500 m2 de toiture et de charpente. Le feu détruit également intégralement la toiture de l’aile gauche du château.

Quant au plus récent, il se déclenche dans la nuit du 2 janvier 2003 et ravage plusieurs bâtiments: deux appartements princiers, un tiers du bâtiment du Conseil général de Meurthe et Moselle, la toiture de l’aile sud-est de la chapelle royale et on déplore de gros dommages à des éléments de maçonnerie. On estime les dégâts à trois millions d’euros. Mais le feu a surtout détruit une grande partie des collections du château. Et ça c’est inestimable.

Nicolas Ferry, surnommé le nain Bébé

artnet.com

Malédiction ou circonstances du hasard?

Sa construction prend 20 ans à la demande du Duc Léopold. Il s’agit en effet de bâtir l’équivalent de Versailles sur les ruines d’une fortification médiévale. Mais, c’est l’aristocrate Stanislas qui va lui donner ses lettres de noblesse. En effet, Stanislas Leszczynski, en plus d’être le beau-père de Louis XV, fait du château de Lunéville, un lieu de rencontres des plus grands philosophes du Siècle des lumières. Maitrisant cinq langues, grand voyageur devant l’Éternel, Stanislas de Pologne, Duc de Lorraine, transforme les lieux en un rendez-vous incontournable des intellectuels de l’époque. Le château sera ensuite transformé en caserne militaire (pas dégueu!) durant tout le 19e siècle.

Si certains expliquent la plupart des incendies par la présence de bougies pour éclairer et de nombreuses boiseries inflammables, c’est déjà moins évident en 1969 et en 2003!

On murmure que les incendies seraient le fruit de la malédiction du nain Bébé. À cinq ans, il est repéré par le Duc Stanislas qui demande l’enfant au père en échange de son éducation. À charge pour l’enfant de le distraire. Nicolas Ferry est alors surnommé Bébé par le Duc.

Son caractère oscille entre bionomie et grandes colères et le Duc lui passe tout! Jaloux, il jette un petit chien par la fenêtre et tente de pousser Joujou, le nain de la cousine de Stanislas, dans le feu.

Apparemment, Stanislas n’aurait pas tenu une promesse : celle de trouver une épouse à Bébé. À 23 ans, il meurt des suites d’une grippe. Depuis sa mort, il hanterait les couloirs, déclenchant de sa furieuse colère les nombreux incendies.

 

Recommandé pour vous