Retour

Le 22 septembre, c'est la journée sans voiture!

Le 22 septembre, c'est la journée sans voiture!

La journée sans voiture a lieu le 22 septembre à travers le monde. Cependant, de plus en plus de villes ne se satisfont plus d’une seule journée. On y consacre plutôt une semaine complète, parfois plus, axée principalement sur la mobilité durable. L’idée n’est donc pas de mettre des entraves aux automobilistes, mais de créer un mouvement de réflexion. Qu’on entre dans une grande ville ou que l’on demeure dans notre banlieue lointaine, en regardant autour de soi, on n’a pas d’autre choix que de se questionner sur la place de la voiture dans nos vies.

Une voiture si pratique

Effectivement, elle est si pratique cette voiture qui nous attend toujours à la porte de notre demeure. Pas besoin de regarder les horaires d’autobus ni de demander un effort supplémentaire à nos jambes ou à nos bras en transportant des sacs lourds. En plus, on peut visiter famille et amis qui seraient difficilement accessibles autrement qu’en auto ou découvrir de nouveaux coins de pays. On peut surtout en faire plus en moins de temps!

Un questionnement nécessaire

Personne ne peut remettre en doute le côté fort utile de l’automobile, ce n’est d’ailleurs pas sans raison qu’elle est devenue si populaire. Et l’objectif de cette journée sans voiture n’est pas de la faire disparaitre. Loin de là! Toutefois, lorsqu’on se retrouve coincés dans le trafic et que l’on regarde tous ces véhicules à perte de vue, on ne peut faire autrement que de s’interroger. Pourquoi y a-t-il autant de gens seuls dans leur véhicule sur la route au même moment? Dans les grandes villes, les mêmes questions nous trottent dans la tête lorsqu’on se fait dépasser par les piétons.

Il en va de même avec le bruit incessant des voitures, matins, midis, soirs et nuits ou lorsqu’on constate que les Canadiens se classent premiers au palmarès de la pollution par l’automobile.

On se donne souvent comme réponse facile qu’on vit au Québec, que les distances sont grandes et que la météo est rarement clémente, mais en fait, tout est lié à nos habitudes. On doit aller vite, être efficace! Embarquer dans sa voiture semble la solution à tous les déplacements : aller porter le plus petit à la garderie, les plus grands à l’école, faire nos commissions, se rendre au travail, faire des activités qui plairont à tous.

Vivre sans voiture… le temps d’une journée

Toutefois, le temps d’une journée, faites le test. Laissez votre voiture se reposer et sortez les vélos ou marchez. Il est vrai que lorsqu’on met la voiture de côté, il faut ralentir le rythme pour certaines choses et vivre différemment pour d’autres. Faire l’épicerie sans auto demande une organisation et la collaboration de tous les membres de la famille! Vous ne ferez assurément pas les mêmes achats, mais avec un sac sur le dos, il est possible de transporter l’essentiel. Peut-être aurez-vous des soupirs d’exaspération, mais peut-être aurez-vous aussi de nombreux fous rires?

À pied, tout est plus long, mais on a le temps de saluer les gens de notre voisinage, admirer les paysages ou les bâtisses qui nous entourent. Les activités doivent également être modifiées. On n’a pas d’autres choix que de s’intéresser à ce qui se passe près de chez soi, ce qui n’est pas mauvais non plus. Vous serez peut-être surpris des découvertes que vous ferez. Et n’oubliez pas qu’une simple balade à vélo est une activité en soi. On ne sait pas ce qui nous attend à chaque détour.

D’un autre côté, même si sans voiture tout semble au ralenti, on gagne en efficacité si l’on se tourne vers les transports en commun. Ceux-ci permettent dans plusieurs circonstances de sauver de précieuses minutes. Si ce n’est pas le cas… ce qui arrive aussi parfois malheureusement, on passe à tout le moins un moment sans stress en lisant, en écoutant de la musique, en dormant ou en méditant!

Des alternatives à la voiture  

Les alternatives existent bel et bien, mais il faut être prêt à modifier ses habitudes et être un peu moins individualiste. Étrangement, les gens qui prennent l’habitude de marcher ou de faire du vélo ne peuvent plus vivre autrement. Il en va de même avec les transports en commun. Suffit de prendre le temps… de prendre le temps. La voiture nous fait gagner de précieuses minutes, mais n’augmente en rien notre qualité de vie. Les stationnements à perte de vue n’ont rien de beau, au contraire, on délaisse la nature si nécessaire à notre bien-être pour du béton. Pensons-y! Si l’on souhaite plus de verdure et de nature, on ne peut pas uniquement se lancer dans le trafic du vendredi soir pour atteindre une région qui sera nous l’offrir. Il faut que notre quotidien et notre mode de vie en soient teintés.

Des initiatives dans les différentes villes pour susciter une réflexion

À l’occasion de la semaine de la mobilité, de nombreuses villes organisent des activités pour engendrer une réflexion. Entre autres, le Park(ing) day permet aux citoyens de se réapproprier des espaces de stationnement. En soumettant au préalable un projet dans leur ville respective, les gens transforment, le temps d’une journée, un espace de stationnement en coin-terrasse, en aire de pique-nique, de bricolage… bref, seule l’imagination des participants constitue la limite. L’objectif s’avère donc d’inciter des discussions : à quoi ressemblerait notre espace s’il y avait moins de véhicules, si la priorité n’était pas donnée aux automobiles? De plus, des villes offrent le temps d’une journée des rabais sur les transports en commun, d’autres organisent des concours pour inciter les gens à ne pas se déplacer en voiture en solo.

Imaginez un monde sans voiture… Bon d’accord, un monde avec moins de voitures. Et faites véritablement l’essai de vivre sans votre auto le temps d’une journée ou de plusieurs! Votre niveau de stress en sera probablement diminué et votre planète ne pourra que vous en remercier!

Pour plus d'informations, consultez transportsviables.org, rdvmobilitemtl.org, mobilitédurable.qc.ca, jembarque-gatineau.info