Retour

C'est la journée mondiale sans sac de plastique, saurez-vous vous en passer?

C'est la journée mondiale sans plastique, saurez-vous vous en passer?

La journée mondiale sans sac de plastique a lieu le 3 juillet, mais est-ce nécessaire alors qu’on en entend déjà parler chaque jour? Bien que, de plus en plus, les sacs de plastique disparaissent de nos épiceries, il n’en demeure pas moins qu’ils sont encore bien présents malgré tout. Que ce soit dans les centres commerciaux ou… dans notre garde-manger et notre frigo! Cependant, doivent-ils absolument disparaitre? Aujourd’hui, pourquoi ne pas vous lancer le défi de n’utiliser aucun sac de plastique et voir si c'est possible?

En effet, on se vante tous d’utiliser nos sacs réutilisables, mais est-ce que l’on cesse d’avoir recours aux sacs de plastique pour autant? Vous savez, ceux qui servent à emballer votre pain, contiennent votre lait, mais aussi vos pommes… car elles sont bien moins dispendieuses ainsi! Il en va de même, lorsque vous allez au centre commercial. Je ne sais pas pourquoi, mais on a réussi à développer nos réflexes pour prendre nos sacs pour aller à l’épicerie, mais pas lorsqu’on entre dans un autre magasin. La différence se trouve peut-être dans l’idée qu’on n’est pas certain d’acheter, donc pas certain que trainer un sac en vaut la peine.

Les sacs de plastique, néfastes du début jusqu’à la fin de leur existence

On en voit tels des drapeaux, ballotant au vent, accrochés dans les branches d’un arbre, d’autres qui s’envolent et flottent au gré du vent vers l’infini et plus loin encore! On est tous conscients que ces sacs à usage unique sont une véritable plaie. Ils polluent notre environnement visuel, mais la problématique outrepasse ces désagréments.

Dès leur fabrication, ils génèrent de la pollution. Effectivement, ils sont fabriqués, de manière générale, de polyéthylène qui est produit à partir du pétrole, une ressource fossile épuisable. De plus, son exploitation constitue une source majeure de gaz à effet de serre.

Par la suite, lorsqu’ils sont utilisés, ils sont souvent tout aussi vite jetés. Très peu sont recyclés et ils finissent dans la nature. Les oiseaux et les animaux marins constituent leurs principales victimes, mais leur impact dépasse ces morts sordides par étouffement. La quantité de plastique dans les océans inquiète également. Il faut se rappeler sans cesse que la santé des mers du monde est directement liée à la nôtre. Ce qui n’est pas réjouissant à l’heure actuelle.

Quelques chiffres

Selon le gouvernement du Canada, les Canadiens jettent pour plus de 3 millions de tonnes de déchets plastiques chaque année. Jusqu’à 15 milliards de sacs sont également utilisés annuellement.

Au Québec, les quantités se situeraient entre 1,4 et 2,7 milliards de sacs d’épicerie distribués chaque année. De ce nombre, seulement 14 % sont récupérés.

Du côté du Canada, moins de 10 % du plastique serait recyclés.

On a donc encore énormément de travail à faire à cet effet et il faut de toute évidence réduire notre consommation à la source.

Mais… est-ce possible de ne plus avoir de sacs de plastique?

Évidemment, je n’oublie plus jamais mes sacs réutilisables ou presque. C’est vrai, j’avoue, quelques fois, je sors de l’épicerie avec les mains plus que pleines! J’avais cru qu’un seul sac serait suffisant et je n’ai pas envie d’en acheter un autre, car j’en ai déjà un peu partout, mais pas toujours avec moi! Heureusement, cette situation se produit de moins en moins souvent! Bref, j’ai mes sacs pour faire mes emplettes et aussi d’autres plus petits pour mes fruits et légumes. Malgré tout, lorsque je suis à la maison et que je jette un coup d’œil à mon garde-manger, je réalise que je n’arrive pas à faire disparaitre totalement les fameux sacs de plastique. Chez moi, le plus grand coupable, car il n’est pas le seul bien sûr, s’avère mon pain. Par moment, je le fais moi-même, mais la plupart du temps, je n’ai pas le temps et je dois en acheter.

Mine de rien, dans une année, ça fait une montagne de sacs! D’un autre côté, on en a besoin de sacs, non? Pour nos poubelles, lorsqu’on sort promener son chien, lorsqu’on part avec un maillot trempé? Il est vrai que les circonstances où le sac de plastique s’avère nécessaire, ou à tout le moins grandement pratique, sont peu nombreuses, néanmoins, elles existent toujours. Dans ces moments, je suis alors un peu démunie lorsque je me tourne vers mon panier qui est totalement vide. J’en suis même venue à me demander : est-ce que je devrais acheter une boite de sacs de plastique… ce qui est un non-sens! Je conserve donc dorénavant mes sacs de pain et ils finissent toujours par servir une seconde fois!

Doit-on utiliser des sacs de plastique compostables ou biodégradables?

On angoisse (j'exagère, mais à peine!) face à notre frigo et notre garde-manger, mais n’existe-t-il pas des solutions alternatives comme les sacs biodégradables ou compostables? Eh bien, il semble que non! Les sacs qui arrivent sur le marché pour nous déculpabiliser sont apparemment qu’une fausse bonne nouvelle!

Les sacs oxo-dégradables et oxo-fragmentables (souvent appelés simplement biodégradables) vont peut-être disparaitre plus rapidement de notre champ de vision, mais vont polluer tout autant! Il faut savoir qu’on ajoute un agent oxydant au plastique qui permet de réduire les sacs en très petits morceaux lorsqu’ils sont en contact avec les rayons UV,  toutefois, ces particules demeureront dans l’environnement. D’ailleurs, plusieurs organisations internationales demandent leur interdiction pure et simple.

Les sacs entièrement biodégradables n’apportent pas non plus de solution viable. S’ils se retrouvent avec les sacs non dégradables, ils nuisent au recyclage, car ceux-ci ne le sont pas. Ils ne doivent donc en aucun cas se retrouver dans le bac bleu! De l’autre côté, lorsqu’ils sont traités avec les autres déchets biodégradables, par exemple les déchets de table, ils nuisent au compostage, car ils se dégradent beaucoup plus lentement.

Dans tous les cas, il ne s’agit pas encore de véritables options. Il est préférable de recycler adéquatement un sac de plastique plutôt que de laisser dans la nature des sacs biodégradables.

Pas de solution miracle, mais des idées brillantes!

Bref, il ne semble pas y avoir de solution miracle. Il faut absolument réduire notre utilisation de sacs de plastique, trouver des solutions alternatives, acheter en vrac, même si parfois le coût est plus élevé.

Toutefois, puisque la disparition du plastique n’est pas pour demain et, peut-être pas non plus souhaitable dans tous les cas, on doit trouver des façons de le réutiliser. À cet effet, il existe des idées brillantes! Par exemple, l’association La vie a vu le potentiel des sacs de lait qui sont conçus pour conserver la fraicheur, repousser la chaleur et possèdent une odeur distincte pour éloigner les insectes. Ces sacs sont donc récupérés pour en faire des matelas qui sont acheminés au Burkina Faso. En les coupant en lanière, ils peuvent être crochetés en nattes qui serviront à y déposer des enfants, plutôt que de les coucher directement sur le sol. Ces petits matelas de plastique permettent alors de sauver des vies.

Alors, ne tournons pas le dos aux sacs qui s’envolent, courons plutôt pour les rattraper pour en disposer convenablement et surtout pour réfléchir à leur impact dans notre environnement. En cette journée sans sac de plastique, on les évite bien sûr autant que possible, mais on se questionne aussi face à son réfrigérateur et son garde-manger. Pouvons-nous à tout le moins donner une seconde utilisation aux sacs qui nous entourent?

Sources: L'Actualité, La Presse, Radio-Canada, Recyc-Québec